Accueil Techniques d'élevage Mauvais Parents

postheadericon Problèmes d'élevage : mauvais parents

postheadericon Mauvais parents



Parents tueurs, qui ne nourrissent pas leur jeunes, qui les mutilent ... Beaucoup de comportements non souhaitables lorsqu'on pratique l'élevage de perroquets.

Très souvent les caractères déviants sont pris comme une fatalité par les éleveurs. Soit ils revendent les couples pour passer à autre chose, soit essayent de palier, de trouver des solutions correctives. Certaines fois on arrive à corriger, d'autre fois, celà persiste. On note que très souvent celà arrive des les premières années de reproduction d'un couple, et on met celà sur le dos de l'inexpérience, en pensant que le temps corrigera les défauts. A mon avis, c'est une grave erreur, et dès les premières repro on doit tout mettre en oeuvre pour éviter, limiter ou corriger ce qui ne va pas, quite à avoir un peu de perte.


Un éleveur doit apprendre des erreurs du passé, analyser la situation de manière précise, et remettre en question les idées pré-conçues. En analysant finement, et en entreprenant des actions, là se trouve la clé d'un élevage 'intelligent et qui obtient des résultats.


Ci-après un éventail de mes observations, corrections et éventuellement actions à tenter.


Cas 1 : sur un jeune couple de caïques, 1ère ponte, 4 oeufs fécondés, 4 oeufs éclos : 2 premiers morts, le troisième éclos mais non nourrit, le quatrième vivant dans l'oeuf.


Les 2 jeunes étaient bien vivants plusieurs heures après la naissance, mais non nourrit. Le lendemain retrouvés mort, le jabot vide, frippés, bec, pattes et ailes rognées.


Action menée :

Voyant que le numéro 3 n'était ni nourrit, ni très vif, je l'ai retiré et mis en éleveuse durant toute une nuit afin de lui refaire une santé : au début hydratation
avec de l'eau sucrée, puis nourrissage avec de la pâtée d'élevage à la main très diluée toute la nuit. (D'où l'intérêt d'être équipé d'une éleveuse, de la connaissance  sur le nourrisage et de tout le petit matériel qui va autour).

Au petit matin remis sous les parent. Le soir, nourrissage avec de la pâtée dilué. En parallèle retrait de l'oeuf N°4 et mis sous des parents adoptifs (perruche à collier confirmée).

Lendemain matin : le jabot présente de la nourriture, et les autres jours impeccable, le jeune est bien nourrit.



Hypothèses :

On aurait pu croire à priori que les parents caïques avaient tués les 2 jeunes, et donc les catégoriser en tant que 'tueurs'. Néanmoins, les 1 et 2 sont restés vivants un petit moment, les n°3 est resté vivant.

Les jeunes pour une raison X ou Y sont nés pas assez vif (pb d'incubation ? ...) et peut être qu'ils n'ont pas stimulés des parents pour lesquels il s'agissait de la première nichée, donc inexpérience.

Espèce pré-disposée à ce genre de problème à l'éclosion ? Problème d'environnement ?

Le fait d'avoir un jeune bien hydraté et en forme a du déclencher le réflex de nourrissage des parents. A suivre lors des prochaines années :
suivre le jabot des nouveaux né et leur état de forme quelques heures après la naissance et corriger au nid si besoin.






Cas 2 : un jeune couple de caïques, première nichée, pique les jeunes sur le cou et la tête.

Actions menées :

- tartinage avec de la harissa : rien ne change
- Augmentation de l'hygrométrie ambiante : rien ne change
- Analyse de l'environnement : pas de mites, poux ...
- Alimentation de type humide, graines trempées en base, en lieu et place d'une base de granulés : Rien ne change

- Pulvérisation d'un produit amérisant durant plusieurs jours : Stop du picage définitif


Hypothèse :

Le picage était peut être de nature comportementale, malgré le fait que ces oiseaux ne s'étaient jamais piqués eux-même précédemment (ou à peine sur les pattes à une époque) L'élevage des jeunes par les parents s'est poursuivi sans aucun souci jusqu'à terme.


Cas 3 : un couple casse très souvent ses oeufs, ou les ébrèches

A tester :

Très souvent ceci arrive,

- soit volontairement sur des espèces nerveuses : faire incuber par la mère des oeufs en plâtre, et habituer tout au long de l'année les couples à la visite quotidienne du nid, quite à mettre un système de blocage de l'entrée des parents.

- soit involontairement : revoir la conception du nid, la litière (plus souple ?), habituer tout au long de l'année les couples à la visite du nid.

 

Article connexe : oeufs non fécondés

 

www.amazonas.fr