Accueil Accueil Philosophie de l'élevage

postheadericon Philosphie de l'élevage

Notre philosophie concernant l'élevage des psittacidés est assez simple, et peut se résumer à certains fondamentaux.

 

Tout d'abord,pour nous, l'élevage des perroquets est une passion, et non pas d'une source de revenus, même si l'aspect financier entre en compte forcément : achat d'oiseaux, de matériel, de nourriture, de frais vétérinaires ... ll faut donc prendre en compte cet aspect si on compte entretenir un élevage de manière pérenne. Notre 'roulement' et équilibre, se fait uniquement par ré-investissement des fonds générés par la vente des jeunes nés chez nous.

philosophie de l'élevage des perroquets

 

Sur l'aspect détention, nous nous efforçons de donner dans nos limites, un espace convenable et raisonnable pour chacun de nos oiseaux. La donnée 'espace' est une donnée relative, puisque celle-ci n'a pour limite que la terre. Bref, on peut toujours faire mieux et toujours faire plus grand ! Quand on voit l'altitude à laquelle vole un ara, et sa conformation physiologique, on se dit que même un stade de foot est trop petit. Si on s'interdit d'élever un couple de ara car on ne dispose pas d'un stade de foot, on peut donc fermer bon nombre d'élevages, de zoos, et donc par la même occasion arrêter toute action de conservation des espèces en captivité. Pour autant, nos perroquets ne sont pas enfermés dans des bulles. Contrairement à des poules qui peuvent reproduire dans des box, les perroquets étant dotés d'une intelligence supérieure à celle des poules, et comparables à celle d'animaux évolués, un simple espace ne suffit pas. Il faut que les dimensions et l'environnement soient en adéquations avec l'aspect psychologique.

 

Notre objectif n'est pas la simple détention, mais aussi l'élevage. Un bon indicateur de la santé, 'psychologique' et physique d'un élevage se traduit forcément par de la reproduction régulière et qualitative. Un élevage qui ne sort que des jeunes élevés par les parents, de bonne taille, et en pleine santé, régulièrement d'année en année, peut être considéré comme étant tout à fait convenable. Un élevage, dans lequel on a de la mortalité d'origine inconnue, ou la moitié des oiseaux sont piqués, et que l'éleveur est obligé d'élever à la main car les parents ne s'en occupent pas bien ... mène à se poser des questions, si celà se vérifie sur le long terme.

 

On ne peut pas juger sur une année, car un élevage ne se compose pas du jour au lendemain, et l'espérance de vie des psittacidés combiné à une maturité sexuelle tardive ne facilitent pas l'analyse des critères de qualité. Par contre, sur le long terme un élevage devrait trouver sa vitesse de croisière et produire régulièrement des jeunes.

 

Concernant les techniques d'élevage, nous ne somme ni pour la pratique de l'élevage systématique à la main, ni pour l'abandon total et aveugle à dame nature. L'objectif de réussite de l'élevage doit être considéré sur le long terme, il n'empêche pas à notre avis, des intrusions humaines afin de corriger d'éventuels soucis.

 

La technique d'incubation et d'élevage à la main nous semble essentielle, elle permet en cas de besoin d'aider à ce qu'un couple arrive à trouver ses automatismes, et de sauver les futures progénitures, même si dans la vie du couple, il y aura certainement des loupés, fréquemment lors des premières nichées. Dans ses premières années, un jeune couple doit être surveillé, par contre une fois le couple considéré comme confirmé, il ne devrait plus avoir lieu d'intervenir à outrance ni compulsivement. Une de nos rares interventions intrusives régulière reste le prélèvement des oeufs et mise en retourneur automatique pendant quelques jours. Nous en rediscuterons dans la série 'techniques d'élevage'.

 

www.amazonas.fr

 

Contactez-nous